En route vers les 300 licenciés

6 juin 2013

 

L’ASPTT Châteauroux n’en finit pas de grandir et compte désormais 250 licenciés recensés. Reste à améliorer les niveaux de jeu.

A l’ASPTT handball, on voit les choses en grand. Non content d’avoir battu le nombre de licenciés (247 selon le club, 252 pour la ligue), c’est le record de participation à l’assemblée générale, vendredi dernier, qui vient de tomber avec une centaine de personnes présentes pour les débats. Des chiffres qui en imposent après, rappelons-le quand même, seulement quatre ans d’existence. « On va sans doute gonfler encore les effectifs, souligne le président réélu, Nicolas Tavares, avec le tournoi des écoles de Châteauroux le 20 juin et le Trophée des minots en lien avec les centres aérés, le 29 août. » Le cap des 300 licenciés devrait ainsi se rapprocher sous peu?: « On pensait être à saturation à 250, c’est compliqué mais on y arrive. Alors 300, on prendrait quand même… »

Repêchages en cours

Les difficultés d’organisation allant de paire, il faut structurer une équipe technique sans faille pour encadrer correctement tous ces handballeurs petits et grands, débutants ou non. Là aussi, l’ASPTT répond aux attentes avec un poste de technicien par catégorie, parfois même doublé. Pour ce qui est de la quantité, tout va donc pour le mieux. Concernant la qualité, il reste pas mal de choses à faire. Le club cherche en effet à qualifier un maximum d’équipes au niveau régional. C’est là que le bât blesse pour l’instant. Les seniors garçons, avec une dizaine de renforts cette saison, postulaient par exemple à une place en régionale 3. En terminant 3e de leur championnat le groupe de Johanna Tissier et Mickaël Pamato n’est pas aller au bout de ses ambitions. Les seniors filles, de Philippe Gauthier et Thomas Stephan, qui ont succédé à Pascal Bertocchi en cours d’année, ont fini 2e en excellence départementale, mieux que ce qui était envisagé, mais insuffisant également pour rejoindre l’étage supérieur?: « Des demandes de repêchages sont en cours pour les deux formations, mais si elles n’aboutissent pas, on visera la montée en 2013-2014. »Alors qu’aucun départ n’est annoncé, des recrues ont déjà confirmé leur intention de rejoindre le club?: Cécile Goyer, Julie Mardon (Ardentes), Gwendaline Pessel, Chantal Masure (Vatan)?; Anthony Moulin, Nicolas Bertrand (Issoudun), Manu Gerber (Ardentes), Fabrice Petit… Du sang neuf qui va donner aux deux groupes des motifs d’optimisme supplémentaire. Même combat pour les jeunes, où les efforts consentis pour densifier la base chez les plus petits commencent à porter leurs fruits, à l’image du titre de champion du Berry des moins de 16 ans.
Ambitieuse sportivement, ce qui est à souligner dans le contexte indrien où la plupart des autres clubs (Issoudun excepté) sont en souffrance, l’ASPTT multiplie par ailleurs les projets de développement. Un jumelage des 16, 17, 18 ans avec les Allemands de Gütersloh est envisagé lors du week-end du 11 novembre?; tout comme une participation au Tournoi U23 et vétérans d’Aviles (Espagne), du 28 au 30 décembre. En prévision également, une journée de promotion du handball féminin, le 21 décembre (la filière féminine étant une priorité), qui viendrait compenser la déception de la disparition du tournoi de début de saison avec des clubs professionnels, dont le financement menaçait l’équilibre général. L’ASPTT Châteauroux, un club toujours en mouvement.

Jean-Marc Le Ruyet
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *